Le MonoWheel, la roue fière d’être lyonnaise

Le Monowheel, un monocycle 100 % électrique inspiré du Segway, voilà la dernière invention de Cyril Barioz pour faciliter les déplacements urbains.

anto

Démocratiser le MonoWheel, c’est le défi que s’est lancé cet ingénieur lyonnais de 26 ans. Ce concept, encore peu connu en France, a été inventé aux Etats-Unis et est très répandu en Orient. Au retour d’un voyage en Chine, Cyril Barioz a importé cette sorte de Segway à une roue, dénué de manche de direction. Mais la version chinoise n’était pas assez aboutie pour le marché français. Il a donc fallu créer un nouveau prototype plus sécurisé et de meilleure qualité. L’ingénieur a notamment ajouté la détection d’une chute, de la vitesse maximale et amélioré  l’autonomie de la batterie. Arthur, étudiant à Lyon confirme cette idée “J’avais essayé le concept en Chine, mais je reconnais que le MonoWheel français est bien mieux, notamment en terme de sécurité”. Pour Cyril, son produit est “un compromis entre la trottinette et le vélo électrique, mais les problèmes de vandalisme ou d’impossibilité de se garer disparaissent”. En effet, pesant seulement 9 kg, le MonoWheel peut s’emporter partout avec soi.

Un projet à long terme

Arthur a déboursé 500 € (contre 2000 € pour le concurrent américain, Solowheel) pour acquérir ce bijou. Il veut optimiser ses trajets quotidiens mais l’utilise aussi pour ses loisirs : “Je m’en sers même pour promener mon chien” lance-t-il, amusé.

MonoWheel commercialise sa roue sur Internet et recherche actuellement des boutiques sur la région lyonnaise. Aujourd’hui, seules une trentaine d’appareils ont été vendus, l’objectif pour 2015 sera d’en vendre un par jour. Pour cela, l’ingénieur travaille aussi sur la création d’accessoires, notamment des phares et un porte-roue. Le but est à terme, de développer les ventes à l’ensemble du territoire. Quant à l’internationalisation, Cyril Barrioz la définit pour le moment comme un “rêve”. On peut dire qu’il n’a pas la tête dans le guidon…

Facile à transporter, la roue tout terrain dispose d’une autonomie de 15 km (pour une recharge d’une heure seulement), et peut monter jusqu’à 16km/heure. Pour Arthur, le bilan est sans appel “Je gagne du temps sur chaque trajet, et j’évite le métro, souvent bondé à Lyon”.

La batterie, le moteur et la carte électrique sont mis au point dans la capitale des Gaules, mais la coque et les pédaliers sont fabriqués en Chine. Cependant, Cyril Barioz affiche de manière claire son ambition pour la suite : “A terme, le MonoWheel deviendra un produit 100 % français”.

Antonin LHUILLIER

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s